6 avril 2010

Les standards européens du métier de coach




Le métier de Coach : des standards européens
European Quality Award (EMCC)

"Pour sortir, il faut utiliser la porte. Pourquoi personne n'utilise-t-il cette porte ?"
Confucius

1) Le client attend de l'information, de l'efficacité et de la sécurité
Toute personne sensée vous dira qu'aucun diplôme, qu'aucune certification ne peut garantir la capacité qu'une personne a à aider autrui. Il y a là quelque chose qui ne se saisit pas, qui ne se mesure pas et qui ne s'apprend pas et pourtant...

Toute personne un peu informée sur les métiers de l'accompagnement vous dira que dans un processus de changement interviennent quatre types de facteurs (source Médiat-Coaching) :
- des facteurs extra-thérapeutiques (40 %) liés aux compétences internes du client
- des facteurs relationnels (30 %) en rapport avec la qualité relationnelle entre le client et son interlocuteur
- des facteurs placebo (15 %) comme les espoirs et l'attente du client
- des facteurs liés au modèle et à la technique -ici le Coaching- (15 %)


C'est ce cocktail de facteurs qui permet au client d'avancer.
Oui ! Le plus puissant pouvoir de changement est du côté du client alors pourquoi ne change t-il pas lui qui veut tant changer ? Quand un client vient voir un coach c'est parce qu'il a besoin d'un interlocuteur pour activer tous les autres facteurs nécessaires au changement qu'il souhaite. Il attend de la part du Coach entre autre un certain savoir sur les outils, une certaine sécurité sur la relation, une certaine efficacité.

Toute personne un peu exigente pour elle-même vous dira également qu'elle préfère être entre les mains d'un professionnel parce que c'est rassurant et nécessaire de déposer ce qui nous est de plus précieux entre les mains de quelqu'un qui connaît son métier, ses limites et qui évitera de vous utiliser pour soigner ses propres malaises ou pour satisfaire ses fantasmes de pouvoir sur autrui. Le client attend de la sécurité.

C'est pour répondre aux trois demandes légitimes du client que sont l'information (Comment pouvez-vous m'aider ? Quels sont vos outils ? Quelles sont vos méthodes ? Sur quelles théories vous appuyez-vous ?), l'efficacité (En quoi allez-vous m'aider ?) et la sécurité (Quelles sont les limites de votre intervention ? Quelle est votre éthique ? A qui rendez-vous compte ?) que le métier de Coach doit s'organiser.

Depuis une dizaine d'années (le Coaching a 40 ans) deux principaux organismes ont émergé : l'European Mentoring and Coaching Council (EMCC) et l'International Coaching Federation (ICF). Je parlerai ici principalement de l'EMCC dont je suis membre.

2) L'European Mentoring and Coaching Council (EMCC) : une organisation pan-européenne
Le Coaching existe depuis 40 ans aux Etats-Unis, 20 ans en France et 5 ans au Portugal. Il connaît un succès croissant dans les entreprises et auprès des particuliers. Il n'existe pas à proprement parler d'organisme "officiel" qui régule le métier de Coach. La réalité est donc un ensemble de Coachs dont certains répondent aux exigences du métier partagées par un grand nombre de professionnels (expérience de l'entreprise, parcours de certification complet, supervision régulière, formation continue, travail en réseau...) et d'autres qui sont des Coachs auto-proclamés dont il est difficile a priori d'évaluer le processus d'intervention. La réalité du Coaching renvoie également à celle de tous les métiers et on y trouve la même proportion de passionnés, de talentueux, d'égarés et d'incompétents.

L'European Mentoring and Coaching Council (EMCC) est une organisation qui regroupe toutes les parties (écoles de formation, superviseurs, clients, chercheurs...) dont l'intérêt est de promouvoir la qualité et le développement du Coaching et du Mentoring. L'EMCC est présent à travers ses membres dans 33 pays (Angleterre, France, Allemagne, Irlande, Danemark, Suisse, Suède, Turquie...)

Sous la pression des professionnels du Coaching et des clients, l'EMCC a mis en place un processus d'accrédition des Ecoles de Formation de Coachs.

3) L'European Quality Award : un référentiel métier

L'"European Quality Award" attribué par l'EMCC est une accréditation. Elle valide le cursus de formation et de certification des Ecoles de Coaching. Les écoles accréditées (2 en France dont Médiat-Coaching qui a reçu le niveau "practicioner", le plus élevé pour des coachs) dispensent des formations qui permettent d'acquérir les 11 compétences au coeur du métier de Coach.
Les 4 niveaux d'accréditation sont :
- "Foundation" 3 et 4
- "Intermediate"
- "Practitioner"
- "Master Practitioner" (réservé aux superviseurs)

Le niveau "Practitioner" valide notamment les compétences du coach en relation avec :

- les croyances et les attitudes (socle théorique, valeurs personnelles, sens de l'engagement...) ;
- le travail sur soi tant personnel que professionnel (développement personnel du Coach, supervisions, formation continue, séminaires, travail en réseau, activités autres...) ;
- la capacité à se situer et à évoluer au sein du monde du Coaching et du Mentoring (Quelle est ma spécialité ou mes spécialités ? , Quels sont mes clients ? Quelles sont les limites que je me pose ?...) ;
- les capacités de communication ;
- les compétences techniques ("boîte à outils" : connaissances en psycho-pathologie, tests de personnalité, outils de développement personnel ...) ;
- les connaissances dans le champ du développement des personnes ;
- les connaissances dans le champ de la psychologie de la communication ;
- l'aptitude à définir les bases contractuelles du programme de Coaching...

En ces moments de crise où chacun touche les limites de l'autorégulation des marchés et s'interroge sur la place qu'il faut rendre à l'humain, le Coaching a de fabuleuses cartes à offrir tant aux organisations qu'aux individus. C'est un outil puissant et il requiert pour son maniement un Coach dont la posture est professionnelle, un Coach qui s'interroge sur le sens de son métier, le rôle qu'il joue dans l'organisation, dans la relation, sur son éthique et sur ses limites. Si ce Coach n'est pas seul, s'il appartient à un réseau, si il est supervisé alors il apporte du confort et de la sécurité à son client. C'est à l'intérieur de ce cadre, qu'ensemble ils pourront en pleine confiance être créatifs et esquisser de nouveaux comportements.

Au delà de toutes ces considérations, il reste une évidence, un BON coach est celui avec lequel on a envie de travailler et d'avancer.

Nathalie Vogelsinger-Martinez
Coach certifiée Médiat-Coaching
Membre de l'European Mentoring and Coaching Council
Supervisée régulièrement - Membre du réseau de Coach Internationaux Médiat-Coaching




Aucun commentaire:

Publier un commentaire